Classification et essais des Portes :

Les normes européennes se focalisent sur les aspects mécaniques des menuiseries retardatrices d'effraction.

A l'heure actuelle, les prénormes européennes ENV 1627 à 1630, publiées en 1999, sont en vigueur.
Les normes EN 1627 à 1630 ont été  ratifiées en 2010. Dès leur parution officielle, elles ont annulé et remplacé les prénormes européennes ENV 1627 à 1630.

Les normes EN 1627 à 1630 ont été rédigées dans le but d'évaluer les performances des menuiseries retardatrices d'effraction et de permettre ainsi aux fabricants et aux poseurs de caractériser leurs produits de manière univoque. On y décrit également les méthodes d'essai utilisées afin de déterminer la résistance des éléments de façade sous charge statique, dynamique et aux tentatives d'effraction manuelle.

 

Classe de
résistance
(EN 1627)

Type d’agression

Essais

Cambrioleur

Moyens

Statique (EN1628)

Dynamique (EN1629)

Manuel (EN1630)

Essai

Jeux d'outils

Temps de
résistance [min]

Temps
total
d’essai [min]

1

Occasionnel

Petits outils simples,
force physique

X

X

-

A1

-

-

2

Occasionnel

Idem + outils simples
(tournevis, pince, coins
en bois et en plastique,
scies)

X

X

X

A2

3

15

3

Moyen

Idem + tournevis
supplémentaires, pied
de biche, petit marteau,
perceuse à main,
chasse-goupilles

X

X

X

A3

5

20

4

Expérimenté

Idem + marteau
lourd, hache, ciseau à
bois, cisaille à métal,
coupe-boulon, burin et
perceuse portative

X

-

X

A4

10

30

5

Expérimenté

Idem + outils électriques
(perceuse, scie
sauteuse, scie sabre,
meuleuse d’angle)

X

-

X

A5

15

40

6

Expérimenté

Idem + masse, coin en
acier, outils électriques
puissants (disqueuse,
marteau à percussion)

X

-

X

A6

20

50

Tableau 1 Classification de la résistance à l'effraction selon les normes européennes EN 1627 à 1630

 

Les normes EN 1628, 1629 et 1630 décrivent respectivement les méthodes d'essai pour la détermination de la résistance des éléments de façade menuisés sous charge statique, dynamique et aux tentatives d'effraction manuelle.

La séquence d'essais est définie dans la norme EN 1627. Les essais statique, dynamique et manuel préliminaire sont réalisés successivement sur un premier élément pour autant que le résultat de l'essai en cours ne soit pas affecté par les dégradations éventuelles occasionnées au cours de l'essai ou des essais précédents. Un nouvel élément est utilisé pour l'essai manuel principal.

L'essai statique :

statique

L'essai statique  consiste à appliquer à l'aide d'un vérin hydraulique une charge en différents points de l'élément (points de fermeture et de suspension, angles du remplissage, ...).
Les charges d'essai, la durée d'essai et les déformations maximales autorisées sont fonction de la classe de résistance visée.

L'essai dynamique:

dynamique

L'essai dynamique (cf. figure 2) est effectué pour les classes de résistance 1 à 3 si l'élément a résisté à l'essai statique. Il consiste à laisser tomber un double pneu de 50 kg (décrit dans la norme NBN EN 12600) en différents endroits prédéfinis de l'élément (centre et angles du remplissage, ...) d'une hauteur fonction de la classe visée.

L'essai manuel :

L'essai manuel (cf. figure 3) est effectué en deux phases pour les classes de résistance 2 à 6 si l'élément a résisté aux essais statique et dynamique. L'essai manuel préliminaire, dont l'objectif est de déterminer les points les plus faibles et vulnérables ainsi que les outils les plus efficaces parmi ceux à disposition, est d'abord réalisé sur l'élément ayant passé les essais statique et dynamique. Ensuite, sur la base des conclusions de l'essai préliminaire, l'essai manuel principal est effectué sur un nouvel élément dans le but d'essayer de forcer une ouverture dans un laps de temps fonction de la classe de résistance visée (cf. tableau 1).

Le jeu d'outils pour une classe de résistance donnée est constitué des outils spécifiques à cette classe et de ceux des classes précédentes (cf. figure 4). Ainsi, un essai manuel en classe 3 sera réalisé à l'aide des jeux d'outils A1 à A3. Le jeu d'outils A1 est utilisé en classe 1 pour la préparation des éléments avant les essais statique et dynamique ainsi que lors des essais manuels préliminaire et principal des classes de résistance 2 à 6.

Extrapolation des essais de résistance à l'effraction

Dans son annexe normative D, la norme EN 1627 précise que les résultats des essais de résistance à l'effraction peuvent être extrapolés à des éléments dont les dimensions varient dans les limites suivantes par rapport à celles de l'élément testé (pour autant que le rapport d'essai ne pose aucune restriction à ce sujet) :

• pour les portes: variation de la largeur et de la hauteur de - 20 % à + 10 %
• pour les fenêtres: variation de la surface de ± 25 % et variation de la distance entre le coin de l'élément et le point de fermeture adjacent de + 5 à - 20 % et de + 5 à - 30 % entre les points de fermeture.

En outre, le nombre de points de fermeture ne peut être réduit que si les distances entre les points de fermeture restants ne sont pas supérieures à celles de l'élément testé.

Toute modification (dimensions, composition) différente de celles précisées dans cette annexe D nécessite un avis favorable du laboratoire d'essai. Dans le cas contraire, un essai supplémentaire sera requis.